Écrivain infiltré : semaine 2

Cette année, une semaine par mois, l’écrivain Éric Pessan était en résidence dans un lycée parisien pour animer des ateliers d’écriture. De son poste de visiteur introduit, il a observé cet établissement de l’intérieur, ses élèves, ses enseignants, ses personnels… Il livre cet été, en feuilleton, un récit de stupeur et de tristesse, traversé de fulgurance et de joie trop rares. À retrouver chaque vendredi sur Ecoledeslettres.fr
Éric Pessan, écrivain

« C’est quoi comme nom ? » :
menaces sur les binationaux

Prof de français langue étrangère, Sai Beaucamp Castro de Henriques revient sur sa propre double nationalité : française née à Lisbonne de mère française et de père portugais. Comment expliquer sa propre inquiétude aux femmes migrantes qu’elle va retrouver en cours lundi 8 juillet, lendemain d’une élection décisive ?
Par Sai Beaucamp de Castro Henriques, professeure de français langue étrangère.

Écrivain infiltré

Cette année, une semaine par mois, l’écrivain Éric Pessan était en résidence dans un lycée parisien pour animer des ateliers d’écriture. De son poste de visiteur introduit, il a observé cet établissement de l’intérieur, ses élèves, ses enseignants, ses personnels… Il livre cet été, en feuilleton, un récit de stupeur et de tristesse, traversé de fulgurance et de joie trop rares. À retrouver chaque vendredi sur Ecoledeslettres.fr
Éric Pessan, écrivain

« C’est vrai qu’on va perdre notre double nationalité ?  »

Lendemain d’élections au collège : « Si le brevet, l’inscription au lycée et les vacances prennent le dessus, le pire est à venir », explique Jean-Riad Kechaou, professeur d’histoire-géo en banlieue parisienne. Témoin de l’inquiétude de ses élèves, il constate que le programme du Rassemblement national est aux antipodes de ses missions.
Par Jean-Riad Kechaou, professeur d’histoire-géo et d'éducation morale et civique

Six personnages en quête d’auteur,
de Luigi Pirandello, au Vieux-Colombier :
rompre les digues de la vérité

À quoi sert le théâtre aujourd’hui ? interroge cette pièce de Pirandello mise en scène par Marina Hands. Une question brûlante alors que le festival d’Avignon vient d’ouvrir, étranglé par l’inquiétude du monde de la culture face aux scores du Rassemblement national. Avec Guillaume Gallienne dans le rôle du metteur en scène.
Par Philippe Leclercq, critique

Épreuve écrite de français 2024
en terminale professionnelle :
proposition de corrigé

L’épreuve écrite de français du bac professionnel 2024 s’est déroulée le 18 juin. Cette année, le thème du jeu était prescrit autour d’un dossier comportant un extrait de récit autobiographique, un article de presse et un photogramme tiré d’une série à succès.
Par Antony Soron, maître de conférences HDR, formateur agrégé de lettres, Inspé Paris Sorbonne-Université

Le Comte de Monte-Cristo,
de Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière :
cure de jeunesse

Adapter un classique du XIXe siècle tel que Le Comte de Monte-Cristo, c’est partir à la recherche du romanesque et d’hommes pittoresques, critiquer l’argent roi et vivre des aventures farouches. Malgré l’ampleur du projet, Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière brillent par leur retenue et offrent au Comte une cure de jeunesse.
Par Philippe Leclercq, critique

Nouveaux programmes
d’enseignement moral et civique :
la montagne accouche d’une souris ?

Depuis l’origine de l’école républicaine, l’instruction civique est un élément essentiel de la construction de la citoyenneté. Emmanuel Macron s’en est saisi pour refonder les devoirs envers la Nation. Les nouveaux programmes d’EMC prolongent ceux de 2019 sans les révolutionner, en tentant de replacer l’individu dans le collectif.
Par Alexandre Lafon, professeur d’histoire-géographie et enseignement moral et civique

Relire Matin brun, de Franck Pavloff :
un phénomène d’édition contre l’extrême droite

C’est un petit livre de 1999 barré d’une croix noire* et qui raconte de manière accessible la montée du racisme ordinaire et du fascisme insidieux. Celles et ceux qui l’ont lu l’ont offert, et il dépasse aujourd’hui les deux millions d’exemplaires vendus. À l’heure de la dédiabolisation des mouvements xénophobes, Stéphane Labbe invite à s’y replonger.
Par Stéphane Labbe, professeur de lettres (académie de Rennes)